[COMPTE-RENDU] « Recommencer la philosophie. Stanley Cavell et la philosophie en Amérique » (2014) de Sandra Laugier

CnGCBhlWEAAKCN4

Dans « Esthétique de l’ordinaire », le septième chapitre de Recommencer la philosophie. Stanley Cavell et la philosophie en Amérique [1], Sandra Laugier revient sur la pensée du cinéma élaborée par Stanley Cavell. Pour le philosophe américain, spécialiste entre autres du transcendantalisme et du perfectionnisme émersoniens, une pensée ordinaire du cinéma se doit de dépasser toute théorisation absconse au profit du seul questionnement de l’expérience spectatorielle. C’est pourquoi les cinq ouvrages qu’il consacre au septième art [2] ne développent pas tant, comme le fait par exemple Gilles Deleuze, une série de concepts philosophiques spécifiques à l’art cinématographique que l’idée selon laquelle le cinéma, expérience artistique ordinaire et partagée, nous permet d’échapper à la tentation sceptique et participe, au même titre que la philosophie, d’une forme d’éducation, autrement dit de transformation et de perfectionnement, des adultes.

Lire la suite

[BIOGRAPHIE] Terrence Malick (2nd partie : 1979-1998)

Terrence Malick (Photo by Gary Miller/FilmMagic)

Moins d’une dizaine de films en plus de quarante ans de carrière, un hiatus de vingt ans entre Days of Heaven (1978) et The Thin Red Line (1998), trois interviews accordées, des films teintés de philosophie transcendantaliste et heideggérienne, une absence totale de la scène médiatique, autant d’éléments qui concourent à faire de Terrence Malick un cinéaste aussi rare que mystérieux. Celui qu’on a souvent comparé à Stanley Kubrick n’a d’ailleurs laissé échapper que très peu d’informations le concernant. Pourtant, nombre de fragments biographiques, quelquefois contradictoires, ont été rapportés par ses plus proches collaborateurs et permettent d’esquisser les grandes lignes d’existence du réalisateur de The Tree of Life. Tentative de synthèse biographique. 

Lire la suite

[BIOGRAPHIE] Terrence Malick (1ère partie : 1943-1978)

Terrence Malick

Terrence Malick

Moins d’une dizaine de films en plus de quarante ans de carrière, un hiatus de vingt ans entre Days of Heaven (1978) et The Thin Red Line (1998), trois interviews accordées, des films teintés de philosophie transcendantaliste et heideggérienne, une absence totale de la scène médiatique, autant d’éléments qui concourent à faire de Terrence Malick un cinéaste aussi rare que mystérieux. Celui qu’on a souvent comparé à Stanley Kubrick n’a d’ailleurs laissé échapper que très peu d’informations le concernant. Pourtant, nombre de fragments biographiques, quelquefois contradictoires, ont été rapportés par ses plus proches collaborateurs et permettent d’esquisser les grandes lignes d’existence du réalisateur de The Tree of Life. Tentative de synthèse biographique. 

Lire la suite

[GLOSE] Dire, décrire et penser le « naître » : une gageure philosophique et littéraire ?

1920px-sandro_botticelli_-_la_nascita_di_venere_-_google_art_project_-_edited

La Naissance de Vénus de Sandro Botticelli (vers 1485)

Evénement existentiel majeur pour certains, hasard ou accident pour les autres, la naissance n’a fait l’objet que de trop rares conceptualisations et idéations philosophiques. Quand, pour sa part, la littérature s’en saisit, c’est pour nous en donner des descriptions et représentations sales, viles et scandaleuses. Aperçu non-exhaustif de quelques-unes de ces « naissances » philosophiques et littéraires.

Lire la suite

[CRITIQUE] « Et Nietzsche a pleuré » d’Irvin D. Yalom

lousalome

Le « ménage à trois » : Lou Salomé, Paul Rée et Friedrich Nietzsche

Et si le docteur et physiologiste Josef Breuer avait été le médecin du philosophe Friedrich W. Nietzsche à Vienne en 1882, que se seraient-ils dit ? Et quel type de relation auraient-ils pu entretenir ? Thérapeutique ? Philosophique ? Amicale ? Tel est le questionnement singulier sur lequel repose l’intrigue de ce roman « psychanalytico-philosophique » publié en 1992 par l’écrivain et professeur de psychiatrie Irvin David Yalom. Dans cette « fiction paradoxale » nourrie de nombreux éléments biographiques et bibliographiques authentiques, on assiste, non sans une certaine attraction-répulsion, aux développements parallèles et partagés de la philosophie nietzschéenne et de la psychanalyse. Pour le meilleur et pour le pire.

Lire la suite

[ANALYSE] « Black Swan » de Darren Aronofsky

black-swan-293

Sorti dans les salles en février 2011, Black Swan, cinquième long-métrage de Darren Aronofsky, met en scène les vicissitudes existentielles de Nina, une jeune et talentueuse danseuse du New York City Ballet qui, à force de persévérance, parvient à décrocher le premier rôle dans une nouvelle mise en scène du Lac des Cygnes de Tchaïkovski. Une double interprétation qui va la contraindre à danser le cygne blanc ET le cygne noir, deux personnages aux caractères artistiques opposés et conflictuels. Si le cygne blanc exige des aptitudes techniques parfaitement maîtrisées par Nina, le cygne noir, lui, requiert un ensemble de qualités qui échappent à la ballerine. Et pour cause, l’incarnation du cygne noir ne peut être réalisée en dehors d’une sculpture de soi dans laquelle c’est la vie, elle-même, qui demande à être domptée artistiquement. Développant le thème romantique du double et de la dualité, le film dramatise cette (con-)quête ambivalente, bienfaitrice et destructrice, du « cygne noir ».   

Lire la suite

[VISITE] « Scorsese, l’exposition »

scorsese-2

Visible à la Cinémathèque française depuis mi-octobre, « Scorsese, l’exposition » revient sur l’œuvre d’un des génies du Nouvel Hollywood. A travers une série d’extraits de films, bribes de scénarii, clichés de tournages, costumes, affiches et autres objets cultes empruntés aux collections privées de Martin Scorsese lui-même, de Robert de Niro et de Paul Scharder, les cinéphiles scorsesiens sont invités à (re-)découvrir le travail du réalisateur de Taxi driver et de La dernière tentation du Christ.

Lire la suite

[CRITIQUE] « Knight of cups » de Terrence Malick

tn

Présenté en compétition officielle lors de la dernière Berlinale, Knight of Cups, septième long-métrage de Terrence Malick, met en scène Rick (Christian Bale), un scénariste hollywoodien en proie à des turpitudes amoureuses, professionnelles et existentielles. Poème cinématographique, envolée métaphysique, l’opus dissémine derrière l’apparent déjà-vu de son formalisme et de son éloge de la lumière une critique acerbe de l’univers hollywoodien.

Lire la suite

[COMPTE-RENDU] « 2001 : l’Odyssée de l’espace. Puissance de l’énigme » de J.-M. Bertrand

2001

Le monolithe noir est l’une des plus grandes – et des plus belles – énigmes cinématographiques. Il a donné lieu à une multitude d’exégèses toutes plus singulières les unes que les autres. Pourtant, aussi pertinentes et fondées qu’elles puissent paraître, aucune de ces lectures ne finit par convaincre durablement. Dans le second chapitre de son livre 2001 : l’Odyssée de l’espace. Puissance de l’énigme, Jean-Michel Bertrand tente de réfuter les multiples interprétations « territorialisantes » du monolithe et de faire surgir la puissance artistique et expressive propre du mystérieux parallélépipède : ouvrir la pensée et les facultés de voir et de sentir sur leur dehors.

Lire la suite

[CRITIQUE] « Ni le ciel ni la terre » de Clément Cogitore

©KAZAK PRODUCTIONS

Présenté cette année à la Semaine de la Critique, Ni le ciel ni la terre, premier long-métrage de Clément Cogitore, narre le quotidien d’un groupe de soldats français perdu dans les confins arides de la vallée de Wakhan qui, à la veille du retrait des troupes militaires d’Afghanistan, voit plusieurs de ses membres mystérieusement disparaître pendant leur sommeil. Ce qui n’était au départ qu’un banal film de guerre bascule soudainement dans un fantastique occultiste où invisibilité rime avec mysticisme et ésotérisme.

Lire la suite